Democratic_convention 

Il est temps de faire un point sur la convention Democrate et ce qu'il s'y est passe pour faire le contre-poids avec le precedent post.

La premiere grande emotion fut le discour de Michelle Obama le premier soir de la convention. Comme je l'avais dit, Anne Romney avait elle meme essaye de prendre la parole pour expliquer qu'un etre humain se cache dans le trop raide Mitt Romney, mais Michelle Obama a largement depasse cela en endossant une envergure politique bien au dela de sa rivale.
En expliquant que sa famille etait issue de l'immense ghetto du South Side de Chicago et comment son pere, atteint de la sclerose en plaque, s'etait tue a la tache pour payer les frais de scolarite de ses enfants pourtant brillants, avec leurs bourses d'etudes, mais pour qui l'ecole, aujourd'hui en danger dans la guerre budgetaire du Congres Republicain, etait le seul espoir d'ascension sociale, elle a offert une eloge du reve americain a la middle class tant convoitee par les deux partis.

Et en dessinant un portrait de Barack Obama qui, dans la meme veine, a vu sa grand mere devenir cadre dans les sexistes annees 50-60, son grand pere l'aider a assurer son avenir, et enfin son couple qui etait crible de dettes a la fin de leur etudes, les place au coeur de la middle class americaine et de ses problemes, elle a encore touche juste.

Puis vint Bill Clinton...bien qu'affaiblit par son triple pontage et par le temps qui fait son oeuvre, Bill a encore su reconforter, rassurer et remotiver...devant une foule venant l'entendre lui, il a decrypte la strategie ennemie, et surtout il a explique...il a explique que depuis 1961, 42 millions d'emplois ont ete cree, soit 2 fois plus que sous les presidences Republicaines, alors que Romney decrit le chomage comme etant la faute des Democrates.. En 4 ans, a peine, Obama a cree 4,5 millions d'embauches.  Et juste en s'en tenant aux maths, il explique que les 5000 milliards de degrevements fiscaux ne pourront etre compenses par la suppression de niches fiscales sauf en augmentant les impots de la Middle Class...il passe en revue toutes les attaques de Romney mais au bout du compte, il rassure, il reunit et il remet sur les rails un electorat un temps sceptique.

Evidemment tout n'a pas toujours ete si simple entre Obama et Clinton surtout durant les primaires de 2008 quand Clinton avait reagit violemment aux attaques d'Obama contre Hillary Clinton; mais quand Obama a embauche Hillary en tant que Secretaire d'Etat ainsi que quelques anciens de l'administration de Clinton les tensions se sont envolees, Bill a participe a une dizaine de galas de levee de fonds pour la campagne democrate et Barack a meme concede a Bill qu'il vienne a sa rencontre a la fin du discours pour se donner une accolade, faveur que meme Michelle n'a pas eue.
Le message de l'ex president a ete clair " Je veux que Barack Obama soit le prochain president des Etats-Unis".

Le dernier  soir de la convention devait se derouler dans le grand stade Bank of America, mais les menaces de tempetes ont contraint la foule a se tasser dans l'arene couverte ou se tenait la convention, mais cela n'a pas entame la ferveur des militants, sans commune mesure avec la tiede ferveur de la convention Republicaine et ses erreurs, car Obama reste un symbole aux yeux des profonds democrates.
Pourtant l'ovation reservee a Clinton semblait plus impressionante, evidemment, Clinton etait le President des matins qui chantent des annees 90 et Obama est le president de la realite economique d'aujourd'hui. Et il le dit, il l'assume " Vous ne m'avez pas elu pour vous dire ce que vous vouliez entendre, mais pour vous dire la verite", et il promet "un chemin plus dur et plus long vers une meilleure destination".

Ce chemin est preferable, selon lui (et moi) a Mitt Romney, meme si le marasme economique le met en danger, et il ne manque pas de rappeler que l'assurance sante est passee et avec elle l'interdiction pour les assurances de refuser un patient pour cause de maladie preexistante, que Ben Laden a ete elimine sous sa presidence, et qu'il a sauve l'industire automobile et ce qu'elle represente dans le monde.

Finalement ce president est juste lucide et realiste, rappelant ce qu'il a cree ou realise, acceptant d'etre en charge pendant cette crise mondiale mais sans en rejeter la faute sur ses adversaires, jouant de son experience et de sa sagesse, offrant un choix clair entre deux destinees  possible du pays et laissant ainsi peu de terrain a son adversaire.

 

Allez salut maintenant

Neric