Ben Laden est mort.

Obama_Ben_Laden

Nous vivons, politiquement, un moment historique et essentiel dans la campagne d'Obama.

Ce sont les Navy Seal, les commandos d'elite de la Marine americaine qui ont eu la peau de Ben Laden.
Comme le confirme Obama, ils avaient depuis des mois des renseignements pretendant que Ben Laden vivait dans une villa pres d'Islamabad.
Sans en informer le gouvernement Pakistanais, Obama a donne l'ordre d'attaquer la villa et d'eliminer Ben Laden dont le corps est detenu par les forces americaines.

Meme si Ben Laden n'avait plus de role operationnel depuis plusieurs annees, il restait le fondateur de l'organisation terroriste Al Qaida, et son "guide", son icone...il en etait egalement le financier ce qui le laissait totalement implique puisque les ressources de l'organisation font l'objet d'une traque sans merci.
La disparition de Ben Laden est evidemment un succes pour Obama sur le plan politique, mais aussi sur le plan personnel puisqu'elle abonde dans le sens de l'approche stratégique du président. Je m'explique. Obama avait substitue a la "guerre globale contre la terreur" lancee par W. Bush, avec toutes les deconvenues de l'Irak, le concept de "guerre ciblee" symbolisee par ce raid contre l'ennemi public n°1 de l'Amérique.

Ce coup tactique promet donc de bouleverser toute la donne politique pour Obama.

La visite du President a Ground Zero a New York, sans fanfare, reflète plus fidelement l’humeur americaine.
Car cette sale histoire, commencee le 11 septembre 2001 par l'une des pires humiliations que les Etats Unis aient connues, se termine au milieu de la plus grave crise economique depuis celle de 1929, a l'heure du doute, dans le doute du futur...parce que la vraie question pour les americains aujourd'hui, ce qui prouve que la pensee republicaine a bien reculee en 3 ans, c'est "est-ce que ca veut dire que nous partons bientot d'Afghanistan ?"
En clair : la mort de Ben Laden n'est-elle pas une sortie honorable du bourbier Afghan ?

Concernant Obama, 24h avant l'ordre d'attaque il renvoyait Donal Trump dans ses 22 au cours du diner des correspondants a la Maison Blanche parce que ce dernier mettait en doute la naissance du President sur le territoire americain, et donc la legalite de sa presidence. 
Si vous n'avez pas vu le speech brillant d'humour et d'intelligence du discours du president cliquer immediatement sur ce lien : http://www.youtube.com/watch?v=ZB9xr0DxwWo&feature=player_detailpage
Quand j'ai vu ce discours, j'ai su a son assurance qu'Obama savait deja que Ben Laden allait etre son festin. Mais pour le risque enorme qu'il a pris en ordonnant cette operarion militaire terrestre il merite ses 10 points de hausse dans les sondages.

Aujourd'hui il n'est peut etre pas assurement reelu, mais certainement legitime.

En 1975 Gerald Ford avait lui aussi connu cette pression en liberant un navire commercial americain dont les Khmers Rouges s'etaient empares...au prix de la vie de 18 marines.
Jimmy Carter, lui, s'etait vu encore un peu plus discredite durant la tentative de liberation des otages en Iran, soldee par un echec de la mission.
Et rappelez vous la Somalie, Mogadiscio, 1993, sous Clinton, quand la Delta Force et les Task Force Rangers tentent d'arretter le chef de guerre Aidid...catastrophe pour l'opinion publique americaine, notamment a la suite de la diffusion d'images televisees de cadavres de soldats americains traines par des voitures dans les rues de la ville.(La chute du faucon noir de Ridley Scott http://www.youtube.com/watch?v=AUJ6cxWdZwA), Clinton s'en remettra car la securite de la nation n'etait pas directement en jeu.

Alors, quand pendant le week end du 1er mai,  sous les commentaires de Leon Panetta le boss de la CIA, la Maison Blanche suivait l'assaut, elle redoutait plus que tout un ratage qui allait entamer serieusement la credibilite d'Obama.
Mais sa victoire lui ouvre les livres d'histoire, lui confirme son titre de commandant en chef des armees et assoit sa determination personnelle; et meme si les elections presidentielles de 2012 ne sont pas encore gagnees, car d'autres problemes restent a regler, cette victoire lui aura sans doute rallie un pourcentage non negligeable de republicains et confirme aux democrates que leur choix etait le bon.

Allez salut maintenant

Neric