James Bain a ete libere le 17 decembre, apres avoir passe 35 ans en prison pour un crime qu’il n’avait pas commis.

 


 

Il y a plus de 30 ans, James Bain etait emprisonne apres avoir ete reconnu coupable de kidnapping et de viol sur une fillette de neuf ans. Libere d’une prison de l’Etat de Floride, il a déclare qu’il n’etait pas en colere et que sa foi et sa famille l’avaient aide a tenir. Aujourd’hui age de 54 ans, il etait entre en prison a l’age de 19 ans.

On a beaucoup parle du cas de ce malheureux gamin de Floride, accuse du viol d’un enfant de 9 ans, et condamne en 1974 a la perpetuite sur le seul temoignage de la victime, qui l’avait designe lors d’un « line up » au commissariat, sous la pression de policiers presses de clore l’enquete.

L’Amerique politiquement correcte debat, depuis lors, de la fiabilite des temoins oculaires, responsables de la majorite des erreurs judiciaires aux Etats-Unis.

Evidemment les faits se sont deroules en Floride, ou la justice peine toujours a avoir le dessus sur le lynchage.
Les jures voient arriver dans le pretoire des jeunes noirs qu’ils considerent d’emblee comme la lie de la terre et des criminel potentiels. Ils n’attendent qu’un argument de l’accusation pour confirmer leurs prejuges.
Lorsque la victime est un enfant, c’est pire encore. L’emotion et l'effet de groupe rendent la justice plus expeditive encore.

Le plus duraà lieu apres la sentence car le condamne, qui peut beneficier jusqu’à l’appel d’un avocat commis d’office (l’appel ne concerne que les fondements legaux du jugement, comme une Cassation, et non les faits, juges en premiere instance), sombre dans l’oubli total.
Il doit payer sa defense de sa poche s’il veut tenter un recours, cequi n'arrive pratiquement jamais, ou attirer l’attention d’une association, en general debordee, a moins qu’un cabinet d’avocats ne finisse par traiter son cas gratuitement, au titre de ses oeuvres caritatives. Les juristes, dans ces cas, trient les dossiers pour en extraire les affaires les plus juteuses et les jugements les plus déficients.

Dans le même temps, le systeme, lui, s’acharne a fermer toute issue au condamne.
Dans le cas de James Bain, les autorites ont refuse pendant 10 ans, avec une froide cruaute, de lui accorder les tests d’ADN qu’il reclamait.

C'est « L’Innocence Project » de Floride (un projet visant à faire libéré des détenus dont la culpabilité est douteuse) qui a coordonné la libération de James Bain en lui fournissant le fameux et liberateur test ADN.
Innocence Project est une œuvre benevole de la Cardozo School of Law de New York, fondee en 1992 par deux avocats, Barry Scheck et Peter Neufeld, dans le seul but de permettre aux condamnes de beneficier de cette avancee scientifique.

Elle a permis depuis lors, d’innocenter 248 detenus, dont 17 condamnes a mort.
Pour la seule annee 2009, ses tests, et ses demarches administratives pour la reouverture des dossiers, ont permis a 27 personnes, dans douze Etats, de recouvrer leur liberte.

Toutefois le questionnaire que le « Innocence Project » demande de remplir pour décider ou non de la prise en charge des condamnes represente pres de 15 pages destinees a etablir si un test d'ADN negatif suffirait, seul, a innocenter le condamne. Dans l'hypothese, frequente, ou une enquete plus poussee serait necessaire, l’organisation, en raison de ses statuts et de son petit budget, est obligee de rejeter la demande.

Enfin, il faut preciser une condition essentielle de ce recours. Les prelevements sur la victime, necessaires a la recherche d’ADN, doivent etre disponibles. Ceux de Robert Clark libere apres 24 ans d'incarceration, ont ete retrouves, par le plus grand des hasards, dans une boite a chaussure entreposee dans une remise du tribunal.
Tres souvent, ces pieces a conviction sont perdues, ou detruites quand les tribunaux ne savent plus ou les entreposer. Dans ces cas, il n’y a plus rien a faire. Des dizaines, peut-etre des centaines, de condamnes sont ainsi prives des recours les plus simples, et ne sortiront probablement jamais de prison. 

Selon une loi votee en Floride l’annee derniere, James Bain a desormais droit à 1,75 millions de dollars pour le temps passe en prison alors qu’il était innocent. Nul doute cependant que cette somme ne suffira pas à "racheter" les 35 annees de prison de James Bain.

Allez salut maintenant

Neric