Apres les exces des fetes de Noel, et avec mes meilleurs voeux a toutes et tous pour l'annee 2010, j'enchaine directement avec ce qui s'est passe au Senat le 24 decembre dernier, ceci faisant suite, bien evidemment, a la reforme du systeme de sante americain.

85

 

Car la reforme du systeme d’assurance-maladie, le principal chantier du president des Etats-Unis avance en depit des oppositions.
En effet, Le senat americain, preside par le vice-president Joe Biden, a approuve le 24 au petit matin, par 60 voix contre 39, sa version de la reforme du systeme de sante, ce qui devrait permettre à 30 millions de personnes supplementaires de beneficier de l’assurance-sante.
Ainsi, 30 millions d’americains jusqu’alors contraints, faute de prise en charge, de recourir aux generalistes des salles d’urgence pourront des l’annee prochaine opter pour des assurances subventionnees.
Dans trois ans, tous les assureurs prives devront avoir abandonne leurs restrictions les plus extremes, comme celles des fameuses « conditions preexistantes » qui leur permettaient de refuser le paiements de soins de cancereux sous pretexte que  leur maladie avaient commence avant leur prise en charge par l’assureur.

Concretement, la reforme institue des aides financieres pour ceux qui seraient incapables de payer leur couverture medicale. Les assureurs prives se verront interdits des la première annee d’adoption du texte, de refuser de couvrir les personnes deja malades.
Le texte met enfin en place, des 2014, des plateformes d’information qui permettraient aux personnes non assurees, de comparer les prix des offres de couverture medicale.

Mais cette version revue et corrigee par le Senat ne signifie pas que la reforme de la sante, qui devrait couvrir d’ici à 2014 plus de 90% des americains de moins de 65 ans, sera tout de suite applicable.
La chambre des representants ayant vote un texte legerement different de celui du Senat, il va falloir parvenir via des negociations, a une synthese des deux versions du Congres americain.

Pourtant ces progres sont reels.
En attendant la fusion des deux textes, celui du Senat et celui, plus progressiste, vote par la Chambre des Representants, puis la signature par Barack Obama, un point est deja certain : les Etats-Unis n’instaureront pas « d’option publique », une assurance d’Etat, qui aurait pu ouvrir la voie a une securite sociale de type europeen dans le futur.

En cas d’adoption definitive, cette reforme constituera la plus importante dans le domaine de l’assurance maladie aux Etats-Unis, depuis la mise en place en 1965, du systeme Medicare d’assurance-sante publique pour les personnes agees de plus de 65 ans.
Le président Clinton, comme certains de ses predecesseurs s’y etait essaye sans succes.
Strategiquement, cette majorite de 60 voix empeche les republicains de mener des manoeuvres d'obstruction qui auraient pu compromettre l'ensemble du projet.

La plupart des sondages montrent toutefois que la réforme est de moins en moins populaire et qu'une majorite d'americains y sont desormais opposes.
Pourtant, selon une etude publiee par CNN, le soutien au texte du Senat a augmente de six points depuis le debut du mois, meme si la majorite des personnes sondees y reste opposee.

Allez salut maintenant

Neric